Acide sulfurique.

Acide sulfurique.

De l'imaginaire jeu de téléréalité " Concentration " décrit par Amélie Nothomb dans son roman " Acide sulfurique " au " Jeu de la mort ", fantasme d´une certaine TV publique dans lequel il etait proposé aux candidats de torturer son prochain, il n'y a qu'un chemin, celui de la négation de l'être humain, banalisée, organisée, rentabilisée, monayée. La prise de conscience n`est pas aisee mais elle apparait salvatrice. On aurait pu croire que la télévision ne faisait que refléter l'image du téléspectateur et de son environnement. Que de naïveté ! Son projet est bien identifié: créer de toute pièce "son" téléspectateur, celui qu'elle voudrait voir assis devant ses lucarnes. Elle voudrait nous inventer, nous faire "autre". Si nous avons echappe, mais jusqu´a quand, a ces jeux infernaux, nous devrions nous interroger sur l´existence dans notre realite d´autres processus concentrationnaires, qui eux ne sont pas des jeux. On pourrait les appeler les camps de l´exclusion, de la pauvrete et de l´intolerance.

" Les journaux ne parlèrent plus que de cela. Les éditoriaux flambèrent, les grandes consciences tempêtèrent. Le public, lui, en redemanda, dés la première diffusion. L'émission qui s'appelait sobrement Concentration, obtint une audience record. Jamais on n'avait eu prise si directe sur l'horreur."

Acide sulfurique d'Amélie Nothomb (Editions Albin Michel - 2005)

ISBN 2-226-16722-6

Contenu soumis au Code de la Propriété intellectuelle - Michel C. © 2017 -  Hébergé par Overblog