Indigènes (2006).

A propos des débats sur l'identité nationale.
Débats nauséabonds, argumentaires foireux et interrogations manipulatrices.

Ma conscience en bandoulière, je serre les dents et je frémis. Pas le temps de mollir ! Jamais le dessein ne fut aussi lisible, l'outrage aussi pragmatique. Un horizon brun se découvrant à bas bruit, dresseur de murs et nombriliste jusqu'à l'os. Pour "eux", pas de place pour l'Autre si ce n'est dehors. Pas de place pour moi non plus puisque pour "eux", par mon refus de me soumettre au débat, je suis devenu l'Autre ! Face aux enjeux planétaires qui nous attendent, enjeux historiques et sans doute définitifs pour notre condition, ce n'est guère sur notre identité nationale qu'il convient de se pencher, mais plutot sur notre identité humaine.

En proposant la bande-annonce du film de Rachid Bouchareb, "Indigènes", je convie d'abord le spectateur à plonger dans le regard de ces hommes valeureux pour mesurer, à l'ombre de l'étendard annonciateur de leurs douleurs, la dette insondable qui est la notre. Je le convie également à se remémorer les cinq dernières minutes de cette oeuvre mémorielle afin qu'il conçoive que l'on ne peut impunément s'interroger sans cesse sur ce que l'on est devenu, si en permanence on refuse de regarder comment on y est parvenu.


 
 
Contenu soumis au Code de la Propriété intellectuelle - Michel C. © 2017 -  Hébergé par Overblog