Présentation

Philatélie et déportation

EPSON001

Un travail de 4 années de collecte et d'écriture se concrétise avec la publication de cet ouvrage aux Editions du Signe. Couvrant plus de 70 ans d'émission philatélique, ceci au niveau international, ce livre traite de la transmission de la mémoire de la Déportation à travers la philatélie et les objets qui s'y rattachent. Il s'agit bien d'une mémoire philatélique et non d'une histoire philatélique des camp. Pourquoi ce distinguo ? D'une part parce son auteur n'est pas un historien. Descendant de déporté-résistant, il se considére comme un passeur de mémoire. D'autre part parce qu'évoquer la mémoire prend en compte les travers de celle-ci, ses insuffisances et ses oublis parfois, son coté sélectif d'autres fois. Ainsi, l'ouvrage se rapproche davantage des hommes, des femmes et des enfants qui furent les victimes d'un même bourreau, le Nazisme.

Il est important de noter que l'auteur a cédé ses droits à l'UNADIF, l'Union Nationale des Associations de Déportés, Internés et Famille de disparus, association qu'il remercie de l'avoir accompagné dans ce projet de publication.

" Une mémoire philatélique des camps " par Michel Claverie, aux Editions du Signe (2014) - ISBN 978-2-7468-3128-5

Liens utiles:

http://www.unadif.fr/actualites/livre-sortie-officielle-une-memoire-philatelique-des-camps

http://editionsdusigne2.diatem.net/index.php?page=shop.product_details&category_id=48&flypage=flypage.tpl&product_id=681&option=com_virtuemart&Itemid=53&vmcchk=1&Itemid=53

Mémoires d'un père ...

Couverture Terre

" Terre ! N'efface pas leurs visages " témoigne du parcours de mon père, Albert Claverie, déporté rescapé du camp de concentration de Sachsenhausen. Plongés dans son quotidien, vous découvrirez l'angoisse omniprésente à chaque heure, chaque minute, chaque seconde, la peur des brimades, la souffrance physique, constante et lancinante, la précarité totale, matérielle et morale. Mais vous découvrirez également la force de l'amitié et de la solidarité, derniers remparts face au désespoir prêt à tout emporter. L'écriture de ce livre résulte de la volonté indéfectible d'Albert Claverie de témoigner au nom de ceux qui connurent un destin identique, en particulier en mémoire de ceux qui n'eurent pas la chance de revenir.

Terre ! N'efface pas leurs visages
Editions Atlantica - ISBN: 2-84394-905-X

Prix: 19 euros

http://www.atlantica.fr/

Mémoires d'un fils ...

couverture-ali-hope-bis.jpg

Sur fond d’intervention humanitaire, ce roman trace la route désenchantée d’un homme à la recherche d’un sens à sa vie. Insatisfait de son existence trop bien ficelée, il part en quête d'un alter ego dont il découvrira les deux visages sur sa trajectoire. Celui d'une jeune femme qu’il aimera. Et celui d'Ali, qu'il tentera de sauver désespérèment. Tirée d'une histoire vraie, Ali Hope est un double voyage. Dans la corne de l'Afrique tout d'abord, blessée et abandonnée. Vers l’Autre ensuite, si proche et si éloigné à la fois.

Ali Hope
Auteur: Michel Claverie
Chez Yvelinedition ISBN: 978-2-84668-179-7
Prix: 18 euros

http://www.yvelinedition.fr/ ou commande à l'auteur (frais de port offerts)

Viktor FRANKL

franklViktor Frankl est né à Vienne (Autriche) le 26 mars 1905. Etudiant en neuropsychiatrie plutôt doué, il se rapproche durant ses études de l'éminent Sigmund Freud tout en cottoyant un autre confrère célèbre, Alfred Adler avec qui il prendra rapidement ses distances. Dés le début de son cursus médical, Viktor Frankl met en avant ce qui constituera la base de la logothérapie, la notion de recherche d'un sens à la vie. C'est à l'intérieur de ce qu'il nomme le "vide existentiel", et de la volonté commune à tout être de trouver un sens à sa vie qu'il trouve les ressorts nécessaires pour soigner ses patients. Cette vision de l'homme s'écarte alors de la doctrine freudienne dans le sens où Frankl le décrit à travers trois dimensions, physique, psychique et spirituelle. A la différence de Freud, il ne veut pas résumer l'inconscient à la seule expression du "ça", l'instinctif. Et il défend sa conception à travers l'idée qu'il reste dans l'inconscient une possibilité pour le Moi de s'exprimer, ceci à travers l'élément spirituel, dimension "oubliée" par Freud. Pour illustrer ce fait, citons le dialogue entre Viktor Frankl et un médecin américain qui l'interroge sur la différence entre la psychanalyse et la logothérapie. A ce Decouvrir-un-sens-a-sa-vieconfrère qui décrit la psychanalyse ainsi: " Au cours de la psychanalyse, le patient doit être étendu sur un divan et raconte des choses qui sont parfois pénibles à raconter ", Viktor Frankl répond: "Eh bien, en logothérapie, le patient peut rester bien droit sur sa chaise, mais il doit écouter des choses parfois trés pénibles à entendre" !...

Initialement directeur de la Clinique viennoise de Neurologie, il devint professeur d'université aprés la soutenance d'un doctorat en philosophie. Son rayonnement intellectuel connut ensuite son essor international avec la création en 1970 à San Diego (USA - Californie) du premier institut de Logothérapie.

 

C'est en 1946 que Viktor Frankl publie "Un psychiatre déporté témoigne", évocation de son internement dans les camps. Son histoire démarre lorsqu'il est en poste dans l'hopital psychiatrique de Vienne, et qu'il refuse de se soumettre aux ordres nazis concernant l'euthanasie des malades mentaux. Déporté en 1942 à Theresienstadt, il est transféré par la suite à Auschwitz en octobre 1944. Son épouse et ses parents disparaitront dans les camps. L'extrait suivant de la préface rédigée par Gabriel Marcel se suffit à lui seul pour présenter ce témoignage peu ordinaire:

Couverture un psychiatre déporté témoigne" Ce que je voudrai dire ici, c'est que le livre de Viktor Frankl constitue un témoignage d'une qualité exceptionnelle, et à coté duquel beaucoup d'autres paraissent seulement anecdotiques. Ce qui est évoqué ici avec une précision bouleversante, ce sont les phases par lesquelles sont en général passés les déportés au cours de ce que j'appellerai plus volontiers une descente aux enfers qu'un chemin de croix. Rien certes, absolument rien de l'horreur n'est ici masqué ou édulcoré, mais rien non plus ne traduit cette volonté d'exhibitionnisme sadique que pourrait du reste, à la rigueur, excuser l'atrocité sans nom des épreuves subies. Les pages les plus belles et les plus surprenantes sont pourtant celles où Frankl nous révèle que, non pas chez tous, certes, mais chez beaucoup, le besoin de sauvegarder l'intériorité a persisté contre toute vraisemblance. Bien émouvantes aussi sont les pages où Frankl évoque à la fois le sens de la beauté et l'humour qui subsistaient par moments comme les traces ineffaçables du monde véritable, du monde des Hommes ".

 

C'est l'expérience de la déportation qui forgera définitivement en lui le concept de la logothérapie, chargée d'espérance en l'homme et dans sa capacité spirituelle à se débarasser des chaînes invisibles de l'esprit. La conclusion, nous la laissons à Leslie D. Weatherhead jugeant de " la portée humaine du livre de Viktor Frankl qu'il présente comme un livre qui n'est pas seulement une histoire des plus émouvantes d'endurance et de courage humains, mais qui ouvre de nouvelles perspectives d'espoir et de guérison aux âmes prisonnières des camps de concentration du désespoir".

 

Un psychiatre déporté témoigne de Viktor Frankl (Traduit de l'allemand par Edith Mora et François Grunwald) - Aux Editions du Chalet.

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés